jeudi 2 juin 2011

La farce cachée des Schtroumpfs


Le saviez-vous ? Les Schtroumpfs ne seraient que des petits fachos, machos et antisémites. Cette thèse délirante, développée par Antoine Buéno dans son "Petit livre bleu" (Hors Collection) paru le 1er juin, provoque un intense débat et un joli buzz pour ce livre, qui défend "sérieusement mais sans se prendre au sérieux", selon son auteur, l'idée d'un "archétype d'utopie totalitaire empreinte de stalinisme et de nazisme" !

Antoine Buéno, écrivain, chargé de mission au groupe centriste du Sénat, enseignant à Sciences Po et plume de Bayrou en 2007, s'en est expliqué sur le site Public Senat, affirmant notamment que le caractère antisémite du personnage de Gargamel est évident au vu de son "faciès qui rappelle les caricatures antisémites", et que « comme les capitalistes occidentaux dans la propagande communiste, Gargamel est mû par la cupidité, l'intérêt égoïste et aveugle. Il a tout du Juif tel que la propagande stalinienne le représente. Son chat s'appelle Azraël. D'Azraël à Israël, le chemin n'est pas long. »

Les réactions n'ont pas manqué sur le web, comme le souligne L'Express.fr avec des réflexions d'internautes qui trouvent, dans l'analyse de Buéno, une forme de délire obsessionnel, remarquant par exemple que  "le nez crochu du sorcier n'est ni juif ni goy, il est traditionnel chez les sorciers. Tout est obsessionnel dans ce genre d'analyse". Entre un grand Schtroumpf symbolisant le Führer / Petit père des peuples au pouvoir absolu, une Schtroumpfette bimbo blonde "bijou de stéréotypes féminins" selon l'auteur, ou encore des Schtroumpfs noirs qui évoqueraient "la manière dont pouvaient être perçus les Africains par les blancs du XIXe siècle.", le "Petit livre bleu" accumule les perles d'une analyse passée au "crible de la science politique", affirme Buéno.


Dans une interview au Nouvelobs.com, l'auteur enfonce le clou en affirmant que sa thèse n'est pas nouvelle, expliquant que "les Etats-Unis se sont méfiés des Schtroumpfs, prenant parfois la BD de Peyo pour une œuvre de propagande socialiste, au point de présenter le nom anglais des Schtroumpfs, Smurf, comme l’accronyme de "Small Men Under Red Forces". Avouons qu'Antoine Buéno, qui se dit surpris par l'ampleur de la polémique provoquée par son "brûlot", nous fait bien schtroumpfer !

Alain Granat


1 commentaire:

  1. C'est évident : le village Schtroumpf, c'est un shtetl !:)

    RépondreSupprimer

Laissez un commentaire, c'est gratuit :-)

  © Blogger templates Brooklyn by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP